jeudi 13 octobre 2011

Spectacle à Calviac?

Cet article a paru dans la dernière "Lettre du dodo" bulletin de la Société Nationale des Parcs Zoologique (SNDPZ). Chacun défendait sa vision du spectacle en parc zoologique.

Spectacle de la nature à Calviac:
improvisation des lémurs à ventre roux.
 Le brame du cerf à Sainte-Croix, en cela je te rejoins parfaitement, était un spectacle féérique, au plus proche de l’émotion que l’on peut ressentir dans la nature. De même, il est bien plus impressionnant de voir des rapaces en vol libre que perchés dans de simples volières. Dans les deux cas, il s’agit du spectacle de la nature. Mon inclination personnelle me pousse à penser que ce spectacle seul se suffit à lui-même. Il faut certes l’orienter, le rendre accessible au visiteur mais l’homme, s’il est présent, doit s’effacer au profit de l’animal, qui demeure la vedette.

Les parcs zoologiques, même les plus intégrés à leur environnement, restent des lieux artificiels : où, dans la nature, trouve-t-on une telle concentration d’espèces animales aussi variées en si peu d’espace ? Il convient donc de gommer au mieux l’artifice, de faire oublier l’empreinte de l’homme, même s’il fait partie intégrante du décor puisqu’il en est le discret gouverneur.

A mon sens, le spectacle doit devenir expérience : ainsi, quand le visiteur assiste à l’entraînement médical du rhinocéros, c’est en premier lieu parce que cela est utile à l’animal ; il faut ensuite aménager l’expérience de telle sorte qu’elle soit visible, compréhensible du public qui pourra y trouver une dimension instructive, divertissante, spectaculaire, selon son envie, mais cela doit toucher sa sensibilité. Le spectacle remplace bien des discours didactiques.
Comme au théâtre le metteur en scène reste en retrait, laissant jouer les acteurs, l’organisateur de spectacle en zoo doit, selon moi, laisser une place prééminente aux animaux. Cela n’empêche nullement une proximité entre les deux, bien au contraire, mais hors scène. Les coulisses des théâtres sont riches de belles rencontres. Il en va de même pour les zoos.

Emmanuel Mouton, secrétaire de la SNDPZ.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire